Que faire ce mois-ci au rucher : La ruche en octobre

Que faire ce mois-ci au rucher : La ruche en octobre

Catégories : Débuter en Apiculture

La ruche mois par mois : octobre

Lorsque les températures se rafraîchissent et que les jours deviennent de plus en plus courts, l’automne pointe le bout de son nez. Dans l’univers de l’apiculture, c’est la dernière ligne droite pour aider les abeilles à affronter le grand froid. Pour la colonie, c’est le moment où les abeilles d’hiver font leur apparition. Tandis que pour l’apiculteur, différentes actions doivent encore être entreprises dans la ruche en octobre. Découvrez les tâches essentielles que vous devez effectuer pour aider vos amies butineuses à bien vivre cette transition vers la saison automnale.

Le mois d’octobre pour les abeilles

Au mois d’octobre dans la ruche, la colonie réduit considérablement son activité. Selon les régions, la planche d’envol enregistre encore quelques mouvements. Ce sont les dernières abeilles ouvrières encore actives qui sont à la recherche de nourriture et d’eau sur les dernières fleurs de la saison. À l’intérieur, la colonie s’adapte peu à peu à la dynamique de l’automne.
Les abeilles se préparent pour affronter l’automne

Tout comme les ouvrières réduisent leur activité, la reine ralentit peu à peu sa ponte. La production de couvain diminue progressivement et le reste de la colonie commence à calfeutrer la ruche à l'aide de la propolis en bouchant les trous et fissures de la ruche et parfois en réduisant le trou d'entrée. Le moment est également venu pour les abeilles butineuses de parfaire et consolider les réserves de miel et de pollen. Cela est en effet nécessaire pour affronter la saison hivernale.

La formation de la grappe

Le comportement de la colonie change complètement. En effet, une bonne partie des abeilles d’hiver sont nées. Ce sont ces dernières qui vont dorénavant conduire la colonie et faire le lien jusqu’à l’arrivée du Printemps. Pour bien passer la saison hivernale, lors de premières nuits fraiches, elles commencent à former la grappe hivernale pour se "dégrapper" en journée où les températures sont clémentes pour leurs activités.

La Grappe hivernale est une stratégie qu’elles adoptent pour survivre face au froid. Cela consiste à former est une masse compacte d’abeilles qui se serrent les unes contre les autres en actionnant leurs muscles thoraciques pour générer de la chaleur afin de former une sorte de boule dont la reine en est le centre. Cette technique leur permet de maintenir une température intérieure autour de 25 à 30 °C voire 35°C en présence de couvain, quel que soit le climat à l’extérieur. Mais cette boule n'est pas figée. Nous l'aborderons en détail dans un prochain article.

Ce que vous devez faire dans la ruche en octobre

Le mois d’octobre pour la plupart des apiculteurs est le dernier moment où ils pourront réellement intervenir au sein de la ruche. En effet, l’activité apicole en automne se résume à contrôler les réserves, effectuer les traitements qui n’ont pas encore été faits et aider les colonies à affronter le froid au mieux.

Dernier comptage de varroa

Le début du mois d’octobre est l’occasion idéale pour contrôler l'efficacité des traitement de fin d'été et d'éventuellement procéder à des traitements spécifiques pour lutter contre les parasites.

Comme vous avez déjà effectué le traitement contre les varroas en septembre, c’est le bon moment pour vérifier s’il en reste dans les ruches. En effet, vous devez faire le maximum pour veiller à minimiser l’impact de ces redoutables varroas afin de préserver la santé de la colonie tout en préservant la qualité du miel.

Vous devez alors vous assurer de l’efficacité des traitements. Pour cela, un dernier comptage de varroa s’impose. Afin d’y parvenir, vous disposez de deux méthodes. Il s’agit du comptage sur lange et du comptage au sucre glace.

Comptage sur lange

Pour le comptage sur lange, vous aurez à déposer un lange graissé à la vaseline ou de la graisse à traire (il s'agit en fait d'une plaque graissée en plastique ou en métal) au fond de la ruche ou en dessous en cas de fond grillagé. L'idéal est de laisser ces plaques pendant une période de 2 à 4 jours. Ainsi, les varroas qui tombent naturellement de leurs hôtes (les abeilles) sont ensuite comptés sur la plaque. Cela vous permet de déterminer si l’infestation est toujours en cours dans la colonie ou si le traitement a bien fonctionné. A titre informatif, en période pré-hivernale et sur une ruche composée de 10 cadres, il ne faut pas avoir plus d'une moyenne de 1 varroa de chute naturelle par tranche de 24h.

Comptage au sucre glace ou au CO2

Le comptage au sucre glace fait également partie des techniques les plus populaires et surtout très précise puisqu’il retourne une valeur en pourcentage par abeilles. Pour ce faire, vous aurez à prélever 200 ou 300 abeilles (sisi c'est facile!) et de les saupoudrer avec du sucre glace. Cela a pour effet de faire tomber les varroas accrochés à elles. Ainsi, vous pouvez facilement compter les parasites délogés . Le nombre de varroas récoltés sera à diviser par les centaines d'abeilles. Par ex. si on obtient 5 varroas pour un échantillon de 300 abeilles, alors on aura un taux d'infestation de 1,66%. Le seuil en période post-traitement ne doit en aucun cas dépasser les 2%. Si ce procédé semble complexe à première vue, il est en fait à la porté de n'importe qui. Il existe des outils très simples à utiliser comme le varroa easycheck, qui peut également fonctionner par injection de CO2 à la place du sucre glace.

Resserrement des colonies

Lorsque le froid commence à être un peu plus présent, les apiculteurs évaluent également la taille de la colonie. Si vous n’avez pas pu resserrer la colonie en septembre, il est toujours temps de le faire au début du mois d’octobre. Pour cela, vous devez placer tous les cadres occupés par les abeilles du côté du soleil levant de la colonie. Bien souvent, il s'agit de la partie gauche de la ruche lorsqu'on se place derrière elle. Ensuite, on insère une partition (côté ouest donc). Il s'agit d'une cloison pleine empêchant les abeilles de bâtir au delà de ce cadre plein. Dans tous les cas, il ne faut pas laisser des cadre qui ne seraient pas pleinement occupés par les abeilles lors de la mise en hivernage au risque de voir s’installer la fausse-teigne. On retirera donc les vieux cadres vides devenus inutiles.

Si toutefois il restait des cadres pleins de miel mais non occupés par les abeilles, une astuce consiste à les placer derrière la partition. De cette façon, les abeilles iront chercher la nourriture durant les belles journées d'hiver, reconstituant en permanence leurs réserves à proximité immédiate de la grappe.

Le contrôle des réserves

Au début de l’automne, l’apiculteur joue un rôle crucial dans le rucher en anticipant les besoins hivernaux de la colonie. En effet, vous devez veiller au bon état des ruches et vérifier les réserves alimentaires. Cela vous permettra de vous assurer que les abeilles disposent de suffisamment de nourriture pour passer la période hivernale.

Pour ce faire, avant l'arrivée du froid, vous pouvez soulever soigneusement chaque cadre et observer les cellules où sont stockées ces réserves. Si vous constatez que le stock n’est pas suffisant (moins de 15 kg environ), vous pouvez rajouter un nourrissement d’appoint. Vous pouvez par ex. déposer une pâte de candi pour abeilles sur la tête des cadres.

Vous devez également veiller à ce que la nourriture soit située dans la partie supérieure des cadres. Cela permet à la grappe d’y accéder sans avoir à se déplacer latéralement, ce qu'elle ne peut pratiquement pas faire en période hivernale. Autre raison pour laquelle il faut impérativement resserrer les colonies à l'automne d'ailleurs.

Pendant l’automne, et à fortiori durant tout l'hiver, pensez toujours à effectuer ces vérifications. De cette manière, vous pouvez anticiper tout risque de sous-alimentation et prendre les mesures adéquates si jamais c’est le cas.

Améliorer les ruches pour affronter l’hiver

Que vous soyez apiculteur de loisir ou un apiculteur professionnel, vous devez toujours chercher à améliorer les conditions de la ruche en prévision de la saison hivernale. Cela va aider vos précieuses abeilles à survivre aux rigueurs du froid.

Pour cela, vous pouvez ajuster la ventilation des ruches en ajoutant des isolants. Les plaques isolantes vont aider les abeilles à maintenir une température optimale à l’intérieur. Vous pouvez les installer sous le toit. Il existe des mousses isolantes adaptées aux dimensions des ruches Datant, Langstroth ou Warré.

Il est également possible de contrôler l’aération pour prévenir la condensation et le développement de moisissures dans la ruche. D’un autre côté, vous devez faire attention aux fentes qui peuvent faire entrer des courants d’air froids. Pensez à changer l’orientation des ruches pour les mettre face au soleil afin de les aider à capter les premières chaleurs du matin.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

Product added to wishlist
Product added to compare.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookie.

Leurs but est de vous proposer une meilleure expérience utilisateur.